La collégiale de Lobbes

Excursions scolaires

Le site qui vous offre des voyages scolaires tout préparés.

Page d’accueil - Plan du site - Télécharger - Liens

EXCURSIONS

Recevoir les avis de mise à jour ou des nouveautés sur ce site?


Donner votre avis?


Cliquez ici

Dernière mise à jour le 15 août 2014

            visiteurs

                         visites

ACCUEIL

PREPARATION

TELECHARGER

LIENS

Précédent (gauche) Suivant (droite)

Ursmer de Floyon.


Ursmer est né à Floyon, au hameau de Fontenelle vers 645. En ce temps des Francs, c'est encore la dynastie mérovingienne qui règne bien que la lignée des Pépins tient déjà presque tout le pouvoir sur la Neustrie et l'Austrasie. Ursmer reçoit une éducation soignée et est engagé dans le sacerdoce par Saint Amand. Sa haute compétence fut reconnue par les puissants de son temps. Principalement, c'est le prince Pépin de Herstal qui lui suggéra de développer l'initiative de Saint Landelin à Lobbes : d'un rassemblement de cellules faire un puissant monastère susceptible de constituer une bonne base de départ pour l'évangélisation de la Flandre.

Ce puissant appui entraîna des faveurs parmi les subalternes et particulièrement celles du comte Hydulphe qui avait autorité sur le territoire du futur monastère. Mais c'est dans le domaine ecclésiastique qu'Ursmer reçut les appuis les plus déterminants. D'abord la qualité d'évêque régionnaire qui lui conférait des pouvoirs et une autonomie d'action. Le pape Serge 1er qu'il visita vers 697 lui assura l'exemption de son monastère qui ne dépendrait ni de l'évêché de Cambrai ni de l'évêché de Liège mais uniquement de Rome. Et, pour corser le tout, il lui remit quelques reliques de Saint-Pierre ce qui ferait de Lobbes un centre de pèlerinage annuel en l'honneur du premier pontife de la chrétienté.

Homme de terrain, missionnaire expérimenté, originaire de la région et appuyé par les plus hautes autorités de l'occident du 7ème siècle, Ursmer développa rapidement l'institution de Lobbes. Il fit construire deux églises : l'une dans la vallée et l'autre sur la colline. Il reçut la collaboration et l'engagement monastique d'illustres personnages : le comte Hydulphe, l'ermite Dodon et sur la fin de sa vie le clerc Ermin qu'il avait recruté à l'évêché de Laon. Une telle oeuvre devait avoir un long avenir : ce fut le cas. Jusqu'en 1794 et nous en conservons encore de nombreux souvenirs. Ses contemporains et successeurs furent tellement impressionnés par son action qu'ils le considérèrent comme un héros : en ce temps là, on disait un saint. Décédé en 713, il fut élevé sur l'autel, c'est à dire canonisé en 823.


Pépin de Herstal (ou Pépin II) : environ 10 ans après l'assassinat de son oncle Grimoald, Pépin de Herstal s'impose en qualité de Maire du Palais d'Austrasie (sa puissance militaire et "politique" font de lui un homme incontournable). En 687 et après avoir essuyé 2 échecs, il s'empare à l'issue de la bataille de Tertry de la Mairie du Palais de Neustrie : les Pippinides s'affirment désormais comme maîtres incontestés de tout le royaume du Nord (Neustrie et Austrasie). Il meurt en 714.


Durant 110 ans, la famille des Pippinides (Grimoald, Pépin de Herstal, Charles Martel puis Pépin de Bref) occupe le pouvoir à la place d'une dynastie mérovingienne effacée.

Pépin le Bref est proclamé officiellement roi en 751 et sera sacré à Saint Denis en 754 avec l'aval du Pape Zacharie.

Ainsi naît la dynastie des carolingiens, qui perdurera jusqu'en 987, avec notamment Charlemagne, fils de Pépin le Bref.


Austrasie Nom donné à la partie orientale du royaume franc sous les Mérovingiens (511-752), par opposition à la Neustrie qui était la partie occidentale.


A la mort de Clovis (511), ses fils se partagent le royaume. En quelques années, se constituent ainsi deux ensembles : l'Austrasie (« royaume de l'Est »), dont Metz est la capitale, s'étend de l'extrémité orientale de la Champagne à la Thuringe et à la Bavière, tandis que la Neustrie (« royaume de l'Ouest ») recouvre le nord-ouest de la Gaule. L'Austrasie, profondément germanisée, s'oppose à la Neustrie, où les populations d'origine gallo-romaine restent majoritaires. La rivalité des deux royaumes, qui ne sont réunis sous un seul sceptre qu'à de brèves occasions (sous Clotaire Ier, entre 555 et 561, puis sous Clotaire II et Dagobert Ier, entre 612 et 638, atteint son apogée à la fin du VIe siècle, lorsque la reine d'Austrasie, Brunehaut, engage une lutte sans merci contre la reine de Neustrie, Frédégonde, qui a fait assassiner sa soeur. Réunie une troisième fois à la Neustrie en 673, l'Austrasie se révolte sous la conduite de son maire du palais, Pépin de Herstal. D'abord vaincu par le maire du palais de Neustrie, Ebroïn (680), Pépin remporte, après la mort de son rival, la grande victoire de Tertry (687) et réunit l'ensemble du royaume franc sous sa domination. L'Austrasie, où se trouvent la plupart des palais royaux, allait jouer un rôle prépondérant au sein du royaume franc, puis de l'Empire carolingien.

neustrie_austrasie.jpeg

Neustrie - Austrasie : cliquez sur la carte pour agrandir


Copyright, © Christos Nüssli, Milieu 30, CH-1400 Yverdon, 2001

Ste Brigide_chasse.jpg

Brigide de Kildare


Brigide de Kildare a vécu en Irlande aux Ve et VIe siècles. Elle y aurait fondé un monastère pour y accueillir tant les hommes que les femmes. Son souvenir est resté populaire dans les campagnes où les paysans l'invoquent pour protéger la vie agricole et particulièrement la santé du bétail. On fête la Sainte Brigide le 1er février. A Lobbes, cette sainte semble connue dès les premiers temps. La présence de Saint Abel a probablement favorisé le culte de l'institution religieuse. Le trésor de la collégiale contient un reliquaire de la sainte.


Reliquaire : Statue en argent de la sainte accompagnée d'une vache. Le pied est constitué d'un coffret en bois laqué. Le tout mesure 59 cm de haut. Cette oeuvre du 17e siècle porte le poinçon de Mons.

Voir aussi : La chapelle aux saintes Brigide et Reynelde

Reynelde de Saintes


Filles du comte Witger et de sainte Amalberge, Reneylde et sa soeur Gudule avaient décidé de consacrer leur vie à Dieu et de confier leur héritage au monastère de Lobbes où étaient enterrés leurs parents. Après trois jours de refus et de patience la porte du monastère s'ouvrait miraculeusement devant Reneylde qui pu ainsi accomplir son voeu et offrir ses biens à Saint-Pierre patron de l'abbaye de Lobbes.

Après un voyage jusqu'en Terre Sainte Reneylde rentra à Saintes où elle subit le martyr en 680.

La fête de Sainte Reneylde a lieu le 16 juillet.


A Lobbes, des fidèles viennent puiser l'eau du puits de la crypte et invoquent la sainte pour les ulcères, les humeurs et toutes les maladies de la peau.


En savoir plus:

Puiser l'eau de sainte Reynelde dans la crypte

La chapelle aux saintes Brigide et Reynelde

L'Abbaye de Lobbes: personnages célèbres et noms de lieux (1)

Reliquaire de Ste Brigide (1656-1658)

© Centre d’histoire et d’Art de Thudinie