La collégiale de Lobbes

Excursions scolaires

Le site qui vous offre des voyages scolaires tout préparés.

Page d’accueil - Plan du site - Télécharger - Liens

EXCURSIONS

Recevoir les avis de mise à jour ou des nouveautés sur ce site?


Donner votre avis?


Cliquez ici

Dernière mise à jour le 15 août 2014

            visiteurs

                         visites

ACCUEIL

PREPARATION

TELECHARGER

LIENS

Précédent (gauche) Suivant (droite)

Illustration : photo de la vallée prise du panorama de Thuin.

La collégiale Saint Ursmer est érigée sur une colline rocheuse surplombant la vallée de la Sambre (40 m). Cette rivière canalisée est partout accompagnée d'une importante voie ferrée. Du parvis de la collégiale, on aperçoit les petits bois et les bosquets qui montent à l'assaut des pentes. Quelques bâtiments du 18e siècle sont demeurés dans la vallée : ils évoquent les grandeurs passées de l'abbaye Saint-Pierre de Lobbes. Au loin, pointent les clochers des villages de Thudinie.

Dessin: J. Meurant

Choisi vers 695… Il y a plus de mille ans.


Choisi par Ursmer de Floyon (le fondateur)

  par Hydulphe ( le maître du terrain )

  par Pépin de Herstal (le chef du pays)

  par Serge 1er ( le pape de Rome)


Choisi juste à la frontière entre deux pays:

 la Neustrie et l'Austrasie.


Choisi dans un lieu agréable

«  un petit ruisseau coulant à l'ombre des arbres feuillus »




 «  lo » + «  bach » = lobach : aujourd'hui «  Lobbes »


Choisi dans un lieu de prière:

 - les ruines d'un autel aux anciens dieux près de la source sur la colline.

- les cabanes de l'ermite Landelin et ses amis.


Choisi dans une région où les habitants parlaient une langue germanique.

= bach

= lo

L'ancienne Abbaye de Lobbes. Sur la droite, l'église Saint Ursmer. ( Gravure d'Harrewyn, 1769. Document extrait du livret «  Les anciennes abbatiales et l'église carolingienne Saint Ursmer de Lobbes » par Simon Brigode)

Avec toute sa poésie, Roger Foulon, artiste thudinien raconte l'histoire de l'abbaye de Lobbes …


«  Cela commence il y a longtemps, dès que l'homme s'installe au plus profond de la forêt, au bord d'une rivière qui ne porte pas encore le doux nom de Sabis ou de Sambre. On y taille le silex, on y bâtit de fragiles refuges. On y subit la loi de gens venus du Sud, (allusions aux conquêtes romaines) d'au-delà des monts et qui tracent des routes, qui essartent, érigent des temples et des fermes. Puis un brigand établit là son aire et rançonne tout le pays. C'est Maurosus, installé à Grignart. Bientôt touché par la Grâce, Maurosus devient Landelin. Il se consacre alors totalement à Dieu et, avec ses disciples, plante quelques cellules et un oratoire sur les rives de la Sambre, près du confluent du Lobach. Lobbes est ainsi née. Le Christ, déjà, rayonne depuis plus de six siècles. Dès lors, sous la règle de Benoît, le petit monastère va connaître un bon millénaire d'épanouissement puis de splendeur. Sous le signe de Pierre, Lobbes devient l'une des plus illustres abbayes d'Occident, au rang même de Jumièges, de Cîteaux et de Cluny.

Des abbés célèbres la font bientôt prospérer et régner sur de vastes biens. Ursmer, Ermin, Rathier de Vérone, Richard de Verdun… A Lobbes, dans la vallée, l'abbaye écrit peu à peu partout ses stances de pierres et d'enclos fleuris. Quatre abbatiales se succèdent, opulentes, pour la plus grande gloire de Dieu. De beaux jardins bruissants favorisent la prière, la méditation et l'étude. Car les moines, s'ils louent sans fin le Seigneur, disent également sa gloire en calligraphiant d'innombrables manuscrits aux enluminures d'or et de pourpre. Sur la colline se dresse bientôt aussi, à la mémoire d'Ursmer, un grand vaisseau propice aux sacralisations plus séculières. Durant plus de mille ans, Lobbes affirme et propage ainsi la Foi jusqu'à ce que des hommes épris d'une nouvelle foi – illusoire et fugace – boutent le feu à ces trésors et n'en laissent que cendres.(révolutionnaires français) De toute cette merveilleuse histoire, seule l'Histoire garde trace. Et, seuls, les souvenirs épargnés en attestent la grandeur. »

Ne pouvant inhumer leurs défunts dans l'église abbatiale renfermant les reliques de St Pierre, les moines élevèrent sur la colline voisine l'église St Ursmer ( Notre-Dame à l'origine) pour y enterrer leurs défunts. En raison de la popularité de son ancien Abbé, elle prit bien vite le nom de St Ursmer et s'ouvrit à la population.

C'était un site fort intéressant pour y préparer des équipes de moines missionnaires en vue d'évangéliser le pays du Nord (qui deviendra la Flandre).

L'entreprise trouvera de très efficaces partenaires et l'abbaye de Lobbes deviendra célèbre.

Pointez avec votre souris sur les rectangles colorés pour voir une vue actuelle du site.

Le pont et la collégiale La collégiale Mur d'enclos de l'abbaye La ferme de l'Abbaye la Portelette (ancienne porte de l'Abbaye de Lobbes) Le vallon du Lobach Le Lobach, ruisseau.

L'Abbaye de Lobbes: Histoire d’un site choisi