La collégiale de Lobbes

Excursions scolaires

Le site qui vous offre des voyages scolaires tout préparés.

Page d’accueil - Plan du site - Télécharger - Liens

EXCURSIONS

Recevoir les avis de mise à jour ou des nouveautés sur ce site?


Donner votre avis?


Cliquez ici

Dernière mise à jour le 15 août 2014

            visiteurs

                         visites

ACCUEIL

PREPARATION

TELECHARGER

LIENS

Précédent (gauche) Suivant (droite)

Malgré plus de 12 siècles d'âge, cette pierre sculptée est restée dans un excellent état de conservation.

Elle présente une forme trapézoïdale arrondie à la partie supérieure. Trois rainures déterminent deux bandes centrales. Ces bandes longitudinales sont marquées de stries droites ou courbes mais orientées en oblique par rapport à l'axe central. Généralement, les stries droites sont groupées par trois. Les lignes courbes sont à un ou deux lobes: on peut y voir parfois des feuilles très stylisées.

L'extrême simplicité des moyens décoratifs et la profondeur des sillons gravés sur toute la longueur confèrent à ce monument antique un caractère de noblesse assez énigmatique. A lire:  la légende de St Ermin « qui protège notre vin »




Ermin.


Né à Herly (Saint-Erme) près de Laon et décédé à Lobbes en 737. Il fut le successeur recherché par St Ursmer lui-même. C'est pourquoi, il quitta l'évêché de Laon pour embrasser la vie monastique à l'abbaye St Pierre de Lobbes

La légende de Landelin


Dans les années 600, vivait à Bapaume une très noble famille qui descendait de Mérovée (prince Franc qui vainquit Attila et les Huns). Cette famille eut la grande joie de voir naître un fils, qui reçut le nom de LANDELIN.


L'évêque de Cambrai, Aubert, baptisa l'enfant et lui fit fréquenter les cours de l'école de l'Évêché et l'on dit qu'il fut un élève fort studieux et qu'il arriva ainsi à un haut degré de savoir.


Suite logique, il fut appelé à la vie religieuse et il se préparait à entrer dans les ordres lorsque ses cousins, gens de peu de foi, lui déconseillèrent cette vie austère en lui faisant connaître quelques plaisirs terrestres. LANDELIN se laissa tenter, quitta les religieux et voulut courir le monde. Il n'alla pas bien loin. Il faut dire qu'à cette époque, Lobbes était couverte de forêts qu'une rivière traversait: la Sambre.


Dans cette forêt vivaient des malandrins de tout poil et c'est l'une de ces bandes que LANDELIN rencontra.


Curieusement, il s'acoquina avec eux et commença une vie de hors-la-loi. Mieux, LANDELIN étant un garçon intelligent et instruit, il ne tarda pas à prendre le contrôle de la bande et à en devenir le chef.


Il changea de nom à ce moment-là pour prendre celui de MAUROSUS et, à la tête de ses brigands, il tua, vola, pilla, prenant grand plaisir à torturer ceux qui tombaient entre ses mains. Le quartier général était dans les environs de Lobbes, mais on dit que les brigands se retranchaient parfois dans une tour fortifiée de Landelies. Or, un jour, pendant une de leurs attaques, l'un des brigands, ami de LANDELIN, décéda. Cela fit beaucoup de peine au chef qui, la nuit suivante, fit un curieux rêve: une troupe de démons venaient d'envahir le campement et ils se disputaient l'âme du défunt pour savoir qui l'emporterait en enfer. Les démons repartis, un ange apparut et s'adressa directement à LANDELIN, lui ordonnant de choisir: soit les affres et la souffrance de l'enfer ou la sérénité du paradis. Il lui dit aussi de quitter immédiatement les brigands.


LANDELIN n'hésita pas. Il quitta le campement et s'encourut le pardon de l'évêque Aubert qui l'accueillit à bras ouverts. Cela se passait en 643.


Telle est la légende qui entoure LANDELIN, le fondateur.


Quoi qu'il en soit, LANDELIN reçut bien du pape Martin Ier l'injonction d'évangéliser la Gaule. Saint Vincent avait déjà à ce moment fondé un monastère sur les bords de la Senne, tandis que St Ghislain avait lui une abbaye près de Mons. Il choisit Lobbes, une façon d'expier les crimes qu'il avait commis jadis à cet endroit.


LANDELIN réunit quelques disciples et, avec eux, il construisit un petit bâtiment. ils commencèrent à travailler la terre, faire du bien autour d'eux et à prier pour les autres. Se produisit donc le processus normal du développement des abbayes. Ils furent rejoints par des gens riches qui abandonnèrent tous leurs biens et ils reçurent des dons en échange d'indulgences ou de grâces quelconques. Si bien que, rapidement, on construisit des bâtiments nouveaux. L'abbaye de Lobbes naquit donc en 654. Au cours des ans, l'abbaye subit maintes transformations. D'ailleurs, peu après LANDELIN vint Saint Ursmer (697) qui marqua Lobbes encore plus que son illustre prédécesseur… L'abbaye connut ensuite un réel essor raconté ailleurs dans ces pages.

Sarcophage de St Ermin, crypte.

   Début du VIIIe s.

   Dimensions:

auge: L: 203 cm   l: 50 et 73 cm   h: 65 cm

couvercle: L: 203 cm   l:51 et 74 cm   h: 24 cm


Le sarcophage de St Ermin se trouve dans la crypte, à gauche de l'autel.

Il est taillé dans une pierre blanche d'Hordain ou d'Avesnes-le-Sec près de Cambrai. Son couvercle, taillé dans une pierre blanche sablonneuse et couvert d'un enduit brunâtre, est très remarquable.

Cliquez sur le dessin pour voir le sarcophage en photo

L'Abbaye de Lobbes: personnages célèbres et noms de lieux (3)

Sarcophage St Ermin.JPG